J’ai lu pour vous: « Je veux une Harley » de Cuadrado et Margerin

Rassurez-vous, je ne me suis pas bien forcé pour trouver cet album et le dévorer en moins de temps qu’il ne m’en en fallu pour aller l’acheter. Sortie officiellement le mercredi 16 mai 2012, Margerin et Cuadrado, dessinateurs, scénaristes et coloriste pour le dernier des deux, nous offres un opus autour du V-Twin de Milwaukee.

Sur fond de crise de la cinquantaine, le héros, Marc Carré, marié à Tanie et père de deux filles, se rend compte que la vie est bien courte, et qu’il n’avait jamais usé son permis moto sur autre chose qu’une 125. Le lecteur est invité à le suivre dans l’univers Harley-Davidson, où tous les marqueurs sont présents: MC, HOG, concentration, stage 1, et j’en passe. Tout cela est tourné en dérision, et dépeint sur fond de stéréotype juste ce qu’il faut. Chaque sujet est abordé en quelques pages, et plutôt bien amené. Le tout fera que je vous garantie le sourire en arrivant à la fin de la dernière page

Concernant le scénario, et de mon avis, il s’agit certainement de récits inspirés de la propre vie de Marc Cuadrado (nom qui signifie en espagnole carré, comme notre protagoniste principal avec qui il partage également le prénom), et qui comme par hasard à fêter ces 50 ans il y a de ça trois ans.

Côté dessin, on reconnait le traie de crayon de Margerin, et sa passion pour la moto dans les détails apportaient aux engins de la MoCo, ainsi qu’une gueule inimitable de ses personnages. Vous y reconnaitrez un tas de modèles actuels du Sporty au RK, de l’aftermarket et du Bar & Shield en veux tu en voila.

Si vous êtes fan de BD, et que vous cherchez de la lecture, c’est l’album à avoir dans votre collection.

Disponible chez tous vos libraires aux éditions « Fluide Glacial » au prix public conseillé de 10,80€.

Edit du 20/05/2012: Ouest-France vient de publier une interview de Margerin, où l’on y découvre le pourquoi de l’album (mes intuitions semblent se confirmer concernant le vécu de Cuadrado :) ), et la relation qu’il entretien avec la moto.

 

Source

Les commentaires sont fermés.