Morgan 3 Wheeler

Morgan 3 WheelerHabituellement sur Potato.fr, on parle moto de caractère, éventuellement side-car qui a de la gueule voir trike à poil, même si ça se fait rare. Voiture? Jamais! Et si l’engin était une belle anglaise avec un moteur V-Twin à injection essence de 1975cc de la marque S&S série X-Wedge, le tout refroidi par air. Tant pis pour le volant, il faut parler de cette incroyable Morgan 3 Wheeler, son double cylindre en V qui sert de pare choc, et sa ligne d’avion de chasse issus de la seconde guerre mondiale garni de chrome et de cuir.

Morgan 3 WheelerPetit retour en arrière. Produit depuis 1911 à partir de moteurs V-Twin tels que des J.A.P, en 1939, les moteurs V-Twin firent place aux moteurs quatre pattes Ford à soupapes latérales pour qu’en 1952 la production s’arrête au profit de voitures à quatre roues.

La mouvance rétro passe par là, et les designers de chez Morgan font le reste. Présenté au Salon de Genève en 2011, la firme britannique fait sensation en revenant sur ses classiques.Morgan 3 Wheeler Les rumeurs évoquent alors un moteur Harley-Davidson Screamin Eagle , couplé à une boite de vitesse Mazda à 5 rapports pour un poids total inférieur à 500 kg. Le prototype alors exposé au publique affichera un moteur S&S et un poids revu à la hausse de 25 petits kilos, qui restera sur le modèle commercialisé avec à la clé une homologation route pour les Etats-Unis et l’Europe.

Morgan 3 WheelerCôté performance, on retiendra les 6s affichés pour passer de 0 à 100km/h, pour un couple de 140N.m, et un poids réparti à l’avant pour lequel les deux pneus de 4.00 pouces de large sur 19 pouces de haut, et les deux freins à disques en acier ne pourront pas grand chose comparé aux 195km/h maxi que l’engin se dit pouvoir atteindre. Je vous invite à regarder l’épisode du Top Gear britannique ou le test de cet engin démoniaque est réalisé (en anglais). A noter que l’émission a décerné en 2011 le titre de « Not-a-car car of the year » award. Heureusement cela n’a pas découragé la firme anglaise de commercialiser cette pépite.

A partir de 25 000£, vous pourrez garnir votre garage d’un de ces petits bijoux métallurgique produit à 500 exemplaires par an, dont certaines séries spéciales pourraient aiguiser votre appétit (Gulf ou Superdry) a en vider un peu plus le portefeuille.

Source et images

Un nouveau de record mondiale des ventes aux enchères motocycliste à Bonhams avec 2,2 millions £

Dimanche 29 avril 2012 se tenait à Stafford, au Royaume Uni, le 32ème Classic Motorcycle Show organisé par Bonhams, durant lequel à eu lieu une vente au enchères avec bon nombres de breloques mais aussi de lots d’exceptions.

Vincent-HRD rapide series A 998cc de 1939Côté légende motocycliste était mis en vente deux Vincent, une marque mythique de moto anglaise disparu en 1955. La première, une Vincent HRD  Rapide Series A de 1939 affichant 998cc de cylindré pour 45chevaux ibtenu par son V-Twin de 47.5° d’angle d’inclinaison, dont seulement 50 exemplaires subsistent par rapport au 80 sorties d’usine à cette époque.
Vincent Black Shadows Series C 1955La seconde, une  véritable icône des temps modernes, une Vincent Black Shadow Series C de 1955 de 998cc pour 55chevaux. Ces deux modèles  sont partis pour respectivement 225 500£ et 124 700£ soit environ  277 100€ et 153 200€, un record de prix pour cette dernière.

Brought Superior SS100 - 1934Pour partir en terre connue, une Brough Superior SS100 de 1934, équipée d’un moteur V-Twin de 996cc JAP qui dispose de deux carburateurs, deux pompes à huiles et deux magnetos, une variante du millésime 1934 construite en seulement huit exemplaires. Exposé jusque là sur la mythique île de Man, au Murray Motorcycle Museum, cette version estimée initialement entre 150 000£ à 180 000£ est partie au dernier coup de marteau à 242 300£ soit 297 800€. Une broutille vous dis-je.

Fait notoire également, une moto estampillée Ferrari datant de 1995 et affichant 900cc de cylindrée, réalisé par David Kay Engineering, qui a été rafflé pour 85 500£ (environ 105 000€), ainsi qu’un side-car Douglas de 750cc datant de 1931 parti pour la bagatelle de 40 250£ (envrion 49 460€).

Au total, la vente a rapporter 2 214 784£ soit 2 722 000€ dont 87% de cette somme a est issue de la vente en lot.

Source et images

Viper Motorcycle acquiert Precision Metal Fab Racing

Je vous entend d’ici dire, mais c’est qui ce « Viper Motorcycles », et c’est qui PMFR. Du coup, vous n’en avez rien à faire. Pas de panique, je compte bien vous présenter les protagonistes, et ce billet me permet aussi de vous présenter une autre marque de V-Twin U.S.

Viper DiamondbackViper Motorcyle, est un constructeur de cruiser équipé de moteur v-twin, version musclée. Pour preuve, la compagnie propose un supercruiser nommé Viper Diamondback dont vous avez certainement croisé les images en pensant qu’il s’agissait d’un énième concept-bike. Ce deux roues est équipé d’un moteur à carburateur Ilmor de 153ci (soit la bagatelle de 2507cm3) affichant « à peine » 117chevaux, entièrement chromé, à refroidissement air, avec un couple hors du commun et une puissance d’enfer conférée à la poignée droite de l’engin équipé de ce dernier.

Ilmor 153ciEn août 2011, était annoncé un accord commercial avec Absolute Investments pour distribuer la marque vers ce nouvel eldorado qu’est devenu l’Inde mais aussi le Moyen-Orient. En fin d’année 2011, un accord avec AMV Motorcycles était passé avec Viper Powersports, dont Viper Motorcycle est une filiale, pour une importation vers l’Angleterre et le reste de l’Europe. On devrait donc pouvoir envisager de croiser ce monstre produit en (petite) série sur nos route européenne, voir française, mais je ne voudrais pas trop m’avancer, entre les normes de pollutions ou la puissance, et d’autres détails qui m’échappent.

Hier, le constructeur de supercruiser d’Alabama annonçait le rachat de Precision Metal Fab Racing, basé dans le Minesota, qui produit des pièces très hautes performances destinées essentiellement aux dragsters deux roues surgonflés. Spécialisé sur la partie cycle, PMFR dispose dans son catalogue de quoi accompagner le moteur de Ilmor.

Les présentations sont faites, on devrait avoir logiquement des news sur ce constructeur qui avec un seul modèle au catalogue, affiche déjà de grandes ambitions.

Source

La moto d’occasion la plus cher du monde est une Brought Superior

brought_superior_logoLes constructeurs engagés en 2012 pour le Superbike, que ce soit Yamaha, Honda, Kawasaki ou Ducati ont tous un point commun: la fin de la seconde guerre mondiale a été pour ces sociétés le début de la commercialisation de deux roues qui n’a jamais cessé depuis. Pour d’autres constructeurs, ce triste événement à sonné le glas de la production, enfouissant à jamais ce savoir faire, et ce pan d’histoire moto dans un musée ou dans les mains de quelques passionnés.

Brought Superior en est un exemple frappant. Fondée en 1919 par Georges Brought, pilote, designer et showman a ses heures, la marque anglaise produisit les premières superbikes, dont la légendaire Brought Superior SS100. Pour la petite histoire, deux modèles célèbres furent produits, la SS80 et la SS100 propulsée par un moteur J.A. Prestwich, dont le test final avant la remise des clés à son acheteur, était réalisé par nul autre que son éminent fondateur aux vitesses de respectivement 80 et 100 mph (soit 128,7 et 160,9 Km/h). En cas d’échec, le modèle SuperSport retournait en usine pour mise aux normes. Voila qui prouve l’engagement et l’honneur que représentait ce nom pour son fondateur.

L’histoire ne s’arrête pas la pour ces motos, elle fût également le jouet fétiche de Lawrence d’Arabie, dont sa vie fut dépeinte dans un film au nom éponyme, retraçant l’histoire de cet archéologue, officier militaire/espion et écrivain. Il possèda 7 motos issues de la fabrique Brought Superior, auquel il aurait fallu rajouter une 8ème qui était en fabrication, si la grande faucheuse n’en décida pas autrement à ses 46 ans pour lui enlever la vie au guidon de sa SS100.

George Old BillUn créateur passionné, une première élitiste dans l’industrie motocycliste, un personnage célèbre dont le destin est lié à cette marque, voila le cocktail détonnant qui pourrait faire que la moto personnelle de Georges Brought, celle dont il se servi entre autre pour battre en 1928 le record non homologué de vitesse avec 130.6 mph (210.2 km/h) à Arpajon (oui, oui, en France!), et qui ne pouvait être autre chose qu’une Brought Superior SS80 surnommé « Old Bill » affichant 980cc, sera mise au enchères par H&H Auction le 4 octobre 2012.

Une Brought Superior SS100 de 1929, possède déjà le record de prix le plus élevé de moto de seconde main avec £286 000 (soit environ 350 000€) réalisé lors d’une enchère d’octobre 2010, le prix estimé pour cette pièces de collection est légèrement inférieure, mais quelque chose me dit que l’histoire ne s’arrêtera pas la.

Pour les aficionados du bon coin ou  de la baie qui ont l’eau à la bouche: en 2004, environ 1000 Brought Superior étaient référencées, je vous souhaite donc bien du courage dans vos recherches :)

Source: StayOnTheBlack.Com
Images: BroughtSuperiorClub.Com

Royal Enfield: le constructeur indien qui s’assume, et qui monte

La société anglo-indienne s’apprête à fêter ses 119 bougies, et même avec cet âge incroyable pour une telle firme, et un destin hors du commun, la marque ne s’est jamais aussi bien portée.

Usine Royal Enfield Inde - Thierry Butzbach - Copyright ©2007

Photo Thierry Butzbach – Copyright ©2007

Avec 74 600 motos vendues en 2011, soit une augmentation de 40% par rapport à l’année précédente, la production a été entièrement absorbée par les trois sites situés dans la région de Tamil Nadu dont les installations affiches 57 ans au compteur.

Avec 30 millions de $ investis sur l’année fiscale 2012, les usines Royal Enfield feront peau neuve et se préparent à doubler leurs capacités de production. Cette fois ci, ce n’est pas une rumeur, mais Reuters qui le dit.

Photo d'une Royal Enfield Bullet Classic Noir Chrome

Royal Enfield Bullet Classic noir chrome

Cette croissance vise essentiellement le marché local indien, qui pour l’année 2011 à vue le nombre de deux roues motorisés atteindre la barre des 10 millions d’unités pour ce seul petit bout de continent. Il faut avouer que le constructeur local possède un avantage de poids, l’argument financier qui fait qu’une entrée de gamme Royal Enfield est 5 fois moins chère que l’entrée de gamme chez Harley-Davidson, même si je vous l’accorde, la comparaison entre une Bullet et un Sportster est compliquée, à ce prix, rouler en indien devient certainement envisageable.

Royal Enfield indique que les clients auront un délai d’attente de 6 à 9 mois avant de pouvoir enfourcher leurs Bullet ou ses dérivés en attendant la fin des travaux.

Avec de tels chiffres, et avec de telles ambitions, Royal Enfield ne semble pas prêt à finir ses jours dans un musée comme toutes ses grandes enseignes classiques anglaises, qui n’ont malheureusement pas su s’adapter au marché pour survivre.

Source: Reuters.com
Photos: Royal-Enfield.fr

Circuit + Choppers = Dirt Quake

Quant on pense chopper, on imagine plus un ape hanger aussi grand que la fourche, taille qui semble bien ridicule par rapport à la sissy bar, une espèce de chaise de plage, armée d’un V-Twin plus âgé que son pilote qui consomme autant d’huile, de vis d’écrous et de fil de fer que d’essence, sans oublié le biker posé dessus, mal/pas rasé, cut en jean servant régulièrement de bavoir/essuie tout/robe de chambre mais aussi et accessoirement de porte couleurs et autres insultes. On est à mille lieux de la course en circuit, où tout a été ingénieusement et astucieusement étudié par des ingénieurs/designers sans âmes, le tout brassé en soufflerie, et estampillé des meilleurs noms de multinationales à la recherche de bonnes grâces du consommateur catégorisé dans le classement « publique masculin de 25 à 55ans ». (NB: Je n’ai rien contre les pures sangs de courses, mais pour mettre en avant les bien faits du chopper, j’avais besoin d’un fond de sournoiserie :) )

Dirt Quake - 2012 - UKLe samedi 19 2012, se déroulera au Brandon Speedway Stadium – Coventry – UK en plus de la plus traditionnelle 26ème manche de « short track race » (courses sur des circuits inférieurs à 1,6km), une course de choppers, et même la première de Grande Bretagne, certains bruits iraient même jusqu’à dire ce serait la première d’Europe, mais je ne m’avancerais pas la dessus. Ca semble tellement improbable que ça en est brillant.

Cet évènement est organisé par le Sideburn Magazine, un magazine réputé anglais dédié au fast track et ShortTrack UK, une société organisatrice d’évènement dédiés au short tracks.

Pour l’occasion, Sideburn Magazine a publié cette vidéo du plus bel effet:

DIRT QUAKE PREVIEW from SIDEBURN on Vimeo.

Si avec ça, heureux possesseurs de pièges en tous genres, vous ne vous sentez pas l’âme d’aller défier nos amis Rosbeef, ou ne serait ce que sauter sur l’excuses pour faire une grosse ballase, je ne peux plus rien pour vos âmes égarées.

Source, photo, affiche et vidéo: sideburnmag.blogspot.fr