Et si Royal Enfield revenait au V-Twin de ses débuts ?

Musket V-Twin 998ccL’histoire commence en 2003, quand Aniket Vardhan, diplômé d’un master en design industriel aux U.S.A. et originaire d’Inde se met en tête de reproduire un V-Twin produit par Royal Enfield il y a fort longtemps: le Musket. Parti d’un moteur original, l’ingénieur a reconstituer sur ordinateur son modèle, pour retravailler sa conception une vingtaine de foi, lâché l’affaire, puis est revenu plein de motivation pour produire une version 700cc.

Pour sa deuxième tentative, l’homme a reprduit son v-twin, sauf que cette fois-ci, on s’approche de plus en plus de la cylindrée envisageable pour un big-twin avec un cylindrée non négligeable de 998cc.

L’angle des cylindes a été revu à 59° pour une installation plus aisé dans un cadre légèrement stretché de 2,3 pouces de Bullet 350 ou 500cc, qui en utilisant les hauts moteurs d’origines auquel il faudra rajouter un deuxième couple cylindre/piston donneront ainsi accès à 700 voir 998cc de poumons v-twinnés.

L’ingénieur ingénieux a mis à disposition une vidéo pour que l’on entende ronronné sa création.

Une solution prête à être utilisé par Royal Enfield, sans payer un cents de recherche et développement, pour un résultat qui parait totalement en adéquation avec l’image rétro de la moto. Si la moto américaine serait sur le point de s’adapter pour le marché indien en diminuant sa cylindrée, la moto indienne, pourrait s’adapter au marché international en augmentant sa cylindrée.

Pour retrouver prochainement une Royal Enfield avec un double cylindre en V de presque 1000cc sortie d’usine, encore faudrait il que le projet sorte du garage de ce passioné pour arriver aux oreilles d’une compagnie au passif britanico-indien, et qu’une volonté commerciale motive le tout. A mi-chemin entre de l’art et de l’ingénierie, ce moteur devrait faire tourner bien des têtes, et il y a fort à parier qu’on devrait en attendre reparler ailleurs qu’au détour d’un comptoir dans la rubrique fait divers.

Pour plus d’informations et photos…

 

American Chopper Live – The Revenge

Moto de PJD Paul Junior- American Chopper Live 2012

Moto de PJD Paul Junior- American Chopper Live 2012

L’année dernière, dans son show à l’américaine, Discovery Channel nous proposait un épisode spéciale de American Chopper, avec les illustres Teutul de chez (par ordre d’apparition) Orange County Choppers et Paul Junior Design, une rencontre au sommet pour départager qui de Paul Senior, Paul Junior ou Jesse James serait le meilleur constructeur, sur une création unique et conçu pour l’occasion, le tout en direct de Las Vegas. Paul Junior avait alors remporté le précieux trophée au nez et à la barbe de son père et du gangsta du chopper.

Moto de Gas Monkey Garage - American Chopper Live 2012

Moto de Gas Monkey Garage – American Chopper Live 2012

Pour cette 10ème et dernière saison de American Chopper, Discovery Channel remet le couvert en rajoutant un nouveau participant dans l’arène, bien connu des accrocs du cable/satellite dans l’émission Fast’n'Loud avec  Richard Rawlings et Aaron Kaufmann de chez Gas Monkey Garage.

 

Moto de Jesse James - American Chopper Live 2012

Moto de Jesse James – American Chopper Live 2012

Le gagnant de cette revanche, comme l’année passée, est Paul Junior. Petit détails qui a néanmoins son importance dans cette victoire: les votes proviennent exclusivement du publique par SMS, un peu comme ce qu’il se fait chez nous pour Miss France par exemple. Autant dire que le résultat se fait contester et critiquer, reléguant au rang de vote de popularité cette élection. Venant de Cyril Huze, ça peut faire mal, même si cela n’enlève en rien au mérite de chaque participant.

Moto de OCC Paul Senior - American Chopper Live 2012

Moto de OCC Paul Senior – American Chopper Live 2012

L’épisode devrait débarquer prochainement (lire d’ici quelques mois) dans nos contrées gauloise, et sur CanaSat exclusivement en fin de saison 10 de American Chopper, qui devrait également marquer la fin de la série. On pourrait peut-être laissé la main à l’équipe de Gas Monkey Garage, pour faire du vrai American Chopper. Vous en pensez quoi ? :)

 

Source et images

L’actualité V-Twin de la semaine du 6 août 2012

La semaine dernière, des sujets de fond ont été traité par les médias, sans pour autant que je m’attarde dessus. Il est temps pour moi de revenir sur ces sujets relatifs à l’actualité V-Twin de façon brèves.

Achat minimum de 15 litres de SP E15 aux Etats-Unis

logo SP-E15En France, nous avons un SP95/E10 qui fait déjà controverse, avec des histoires de casses pré-maturées de moteurs, et un bio-carburant qui ne semble pas être au goût de tout le monde. Aux Etats-Unis d’Amérique, l’E15 a déjà fait son apparition avec une directive venant de l’U.S. Environmental Protection Agency (EPA) demandant aux stations services, dans le cas ou l’essence traditionnelle et le mélange sans plomb/éthanol provienne du même tuyau/pompe, de contraindre les usager à acheter au minimum 4 gallons, soit environ 15,1 litres d’essence sans plomb E10 ou 15. La raison invoqué serait qu’un résidu de ce nouveau mélange aurait des effet néfastes sur les véhicules antérieures à juin 2007 pour les véhicules légers, sachant que cela n’inclus pas les motos.  Source

Mortalité routière en hausse ou en baisse sur juillet 2012

Logo Sécurité Routière - Tous Responsable Le 6 août 2012, la Sécurité Routière a publié un bilan pour juillet 2012, retranscrit par moto-station.com et titrait « Sécurité routière : Baisse de la mortalité à moto en juillet 2012 ! » pendant que le repaire des motards affichait « La mortalité routière en hausse en juillet » allant dans le sens de ce qui était publié par le communiqué officiel de la SR. La vérité se trouve entre les deux. La mortalité, toute catégorie de véhicules confondus, est en hausse de 3,6% entre  juillet de cette année et le même mois 2011. Si l’on s’attarde uniquement sur la partie motocyclette (deux roues supérieurs à 125cc), on constate une diminution de 5,4% pour le seul mois de juillet 2012 comparé à la même période 2011. Source

Vente de motos en hausses aux U.S.A

Logo Motorcycle Industry Council - USALes chiffres des ventes de motos aux U.S.A. ont été publiés, et minorent la croissance 6,7% enregistré sur le premier trimestre 2012, avec 2,8% d’augmentation pour le second trimestre 2012. Pour rappel les U.S.A représente plus de 65% des ventes globales pour Harley-Davidson. Source

Le softail d’Eddie Van Halen en vente

Harley-Davidson Softail 1991 Custom - Eddie Van HalenCe softail de 1991 customisé et dont le réservoir est signé par le célèbre guitariste, affiche 811 miles soit 1305 kilomètres environ au compteur, et est en vente sur le site VintageAndRare.com. Pas beaucoup plus d’info sur le sujet, si ce n’est que l’actuel propriétaire n’a jamais roulé avec depuis son achat au possesseur originel, et qu’elle devrait changer de main contre 110 000$ soit environ 87 000€. Source

Le top 15 des plus mauvais en Europe

photo circulation routièreBasé sur le ressenti d’un panel de plus de 30 000 personnes dans 23 des pays de l’Europe entre avril et mai 2012, via le site Zoover.com, les plus mauvais conducteurs européens seraient les italiens, puis les grecs suivis de près par les polonais. La France est elle dans le top 5 devancé de peu par nos voisins germaniques. Mouais… Source et image

Johnny Pag le custom made in Canada

Johnny Pag - logoQuand on pense motos custom, on pense Amérique et inévitablement Etats-Unis de ce même continent Il existe pourtant des constructeurs un peu partout autour de la planète qui produisent de façon artisanale ou industriel des motos personalisées/personnalisables avec un ADN fortement américains, ou pas du tout. Johnny Pag est lui un proche voisin du pays du V-Twin surdimensionné, j’ai nommé le Canada.

Quand on regarde la catalogue actuel de la firme, on découvre une gamme allant du 125cm3 au 600cm3, une partie cycle typée custom de quoi rappeler un certains Leonart qui produit du modèle « Frisco Style » à la sauce petit cube. Pour cause les deux marques ont la même usine d’assemblage chinoise nommée Regal Raptor.

Johnny Pag - Malibu 600cc

Johnny Pag – Malibu 600cc

Lundi nous apprenions via le site CMGOnline.com, que la firme originaire du pays au drapeau à la feuille d’érable préparait un cruiser équipé  d’un moteur de 1650cc fabriqué aux Etats-Unis, allant même jusqu’à lâcher le nom de S&S pour son moulin double piston, même si cette délation semble plus être de la spéculation qu’une réelle information. Pour l’entrée au livre des records, cela en ferait la moto d’assemblage chinois ayant la plus importante cylindrée.

Sur notre territoire gaulois, je n’ai pas pu trouver de revendeur, même si un site officiel et dédié au pays est en place.

A l’heure de la mondialisation, un big twin US expédié en Chine pour intégrer un chassis dessiné au Canada, ça n’a rien d’étonnant, mais encore faut-il se faire à l’idée et franchir le pas. Peut être qu’un prix agressif aidera les moins récalcitrants à se décider.

Source et Images

Crocker Motorycles revient sur le devant de la scène

Crocker Motorcycle

Crocker Motorcycle

Dans des pays comme l’Italie ou le Japon, la fin de la seconde guerre mondiale a marqué l’ouverture d’un nouveau marché motocycliste, pratique et bas coût dans un premier temps pour atteindre ce que nous connaissons aujourd’hui de Honda, Yamaha, Suzuki et Ducati.

Pour les Alliés, la démarche était inverse, et Crocker Motorcycles en est l’exemple frappant. Les premiers V-Twin produits par l’enseigne furent construit en 1936 par Al Crocker, qui détenu avec une cylindrée de 1 491 cc, le plus gros moteur deux roues de série jusqu’en 1998, battu par la Yamaha XV1600A. Soit prêt de 50 ans de règne sur ce titre. Pour remettre dans le contexte, Harley-Davidson et India produisaient au même moment des moteurs 30% moins puissant en terme de chevaux. En 1942, effort de guerre oblige, Crocker dû se reconvertir dans la fabrication de pièces d’avions, laissant ainsi orphelines les quelques 100 modèles de « Potato Sound Makers » qui étaient sorties de la manufacture aux mains de propriétaires passionnés.

En 1999, la société renait et produit des pièces pour Crocker, accélérant la réédition de ses pièces entièrement fabriquées aux U.S.A. dès 2002, dans l’objectif de pouvoir reproduire de zéro les modèles d’origines. Jusqu’à présent, l’histoire ne semblait pas se poursuivre, avec même une petite mésentente entre les différents actionnaires à l’Eté 2007, depuis surmonté.

La semaine passée, alors que je gambadais sur la toile, j’ai aperçu une photo, le nom d’un salon puis une date. Impossible d’affirmer à 100% la véracité de l’information, mais cela semble très probable: Crocker Motorcycle, la nouvelle production,  sera en exposition le 22 juillet 2012 durant le LA Calendar Motorcycle Show & Concours en Californie.

Pour le moment, pas d’annonce de commercialisation et donc pas de prix. Mais aussi, et comme toujours, des dents qui grincent chez les nostalgiques purs et durs.

Jusqu’alors cloitré dans des ventes aux enchères, ce renouveau fait quand même plaisir. Je sais pas vous, mais je suis impatient de découvrir des photos, et je ne dis pas ça parce que ce salon est aussi dédié aux belles photos de pinup (bon d’accord, aussi… :) ). Nous auron speut être droit, d’ici là, à plus d’informations sur une éventuelle disponibilité commerciale, et du sujet qui fâche: le prix.

Le passé est décidément plein de surprise et des dizaines de marques pourraientt revenir sur le devant de la scène, comme Excelsior, que ça ne m’étonnerait pas.

Source et image

Seventy Two: bien plus qu’une époque, toute une histoire

Je pense que nous serons tous d’accord, le XL 1200V, petit nouveau au catalogue HD 2012 est une belle réussite. De part son ape hanger, sa peinture metal flake agrémenté de pin stripping, ses chromes, ou encore son peanut qui vous donne à peine plus d’une centaine de borne d’autonomie, ce Seventy Two reprend les codes du custom des années 70.

Harley Davidson S125  vue de côté

Harley Davidson S125 équipée d’un réservoir peanut de 7 litres vendu au catalogue 1948 à 10 000 exemplaires

Puisque l’on parle d’époque justement, le nom de ce Sporty semble inspirer par une date. Alors que le style du 48 fait plutôt référence aux bobbers venus du soleil levant, son nom, lui, est dû à son réservoir de la même contenance que la 72, qui fût équiper de série en 1948 sur les Harley-Davidson S-125 avec une contenance à peine plus petite d’un litre environ que le modèle actuel (1,875gallon soit 7 litres pour l’original, contre 2,1gallon soit 7,9 litres pour nos deux Sportster).

Harley-Davidson Forty Eight

Harley-Davidson Forty Eight

Ce Milwaukee Vibrator a lui fait ses preuves, ne serait-ce qu’en France, figurant dans les meilleurs ventes du secteur depuis sa sortie.

Cette fois-ci, je me suis perdu en route, alors revenons à nos affaires: le Seventy Two et ce que signifie son nom.

Ce nombre mystique correspond à la donnée technique qu’est la cylindrée de 72inch cubic (soit 1200 centimètres cubes). Jusque là, et normalement, ce moteur Evo est il est vrai vaillant et méritant, ne devrait à priori pas vous faire voyager au sens littéraire. Gardez vos ceintures attachés, n’évacuez pas encore l’avion de la compagnie Air Potato, nous sommes presque à destination.

On connait bien la Route 66, même si elle n’existe plus officiellement, qui traverse de part en part les Etats-Unis. En revanche, la Route 72 bénéficie de moins de notoriété, et pourtant c’est la ou se trouve le Whittier Boulevard, à l’Est de Los Angeles, berceau de la custom culture, chopper et autres cruiser, animé par les mexicanos et chicanos.

Harley-Davidson Sevent Two

Harley-Davidson Sevent Two

Ce nom, parle décidément de lui même, et de ses emprunts à la culture chicanos West Coast. Si l’ancien m’attire plus que le rutilant nouveau, je dois bien avouer que ce Sportster évoque vraiment beaucoup d’intérêt, et je ne suis certainement pas le seul.

Je vous laisse, je vais aller réserver mon essai :)

Images

Saxon Motorcycles confirme sa mise en vente

Saxon Motorcycles - LogoEn avril dernier, nous apprenions que Saxon Motorcycles, constructeur de motos custom américaines en petites séries basé en Arizona, était en vente de façon officieuse et non confirmé par son responsable exécutif Mark Borodkin.

Mardi 29 mai 2012, un message plutôt inhabituel, relayé par Twitter redirigeant vers le compte Facebook de l’assembleur originaire de Phoenix, annonçait que la compagnie était en vente de façon explicite via la publication du message suivant sous une traduction approximative:

« Saxon Motorcycles est officiellement mis en vente. La vente de la société inclus l’intégralité des propriétés intellectuels, des actifs, pièces, outils et équipements. Si vous êtes intéressé par cette opportunité unique merci d’envoyer un mail à mborodkin@saxonmotorcycles.com »

Petit rappel, en septembre 2009, le groupe avait été racheter par Mark Borodkin et Tim Gueltzow qui avaient alors pour objectifs de remettre sur les rails les ventes de Saxon, et en s’offrant à Gilbert en Arizona une usine flambant neuve de 3700m², augmentant ainsi sa capacité de production à 1200 unités annuelles.

Saxon Firestorm 2011 - crédits photo: saxonmotorcycles.com

Saxon Firestorm 2011 – crédits photo: saxonmotorcycles.com

En 2010, Saxon Motorcycles, dont la capacité à proposer des produits de qualité à prix agressif est réputé au pays de l’oncle Sam, tenta de vendre ses modèles en Europe et au Canada, sans réellement rencontrer son publique.

Avec un peu de chance, et quelques poignées de dollars, Saxon devrait pouvoir rester dans la course, et rejoindre la liste de petits constructeurs, comme Big Bear Choppers, ou encore Sucker Punch Sally qui ont survécu à cette récession.

En France, Saxon Motorcycles est en vente chez Absolut-Motorcycles.

Big Bear Choppers est de retour

Le 4 mai dernier, Big Bear Choppers était officiellement en banqueroute pour l’Etat de Californie. Créé en 1998 dans la ville de Big Bear par Kévin et Mona Alsop, le gris est devenu en 2002 un fabriquant reconnu de choppers a renommé mondiale.

En mettant la clé sous la porte  en novembre 2011, le constructeur laissait derrière lui 325 créanciers, n’honorant pas les 25 choppers payés mais jamais livrés et 40 de plus commandés par des revendeurs mais jamais livrés. Victime de la récession qui a secoué toute la bulle chopper, la société califronienne venait grossir les rangsdes constructeurs rongeaient par les dettes, au côté de Iron Horse ou encore Big Dog, pour ne citer qu’eux.

Simon Scott, client de la dernière heure et accessoirement propriétaire de Rage Hard Chopper en Indonésie, semble avoir racheter en avril 2012 le nom de l’entreprise, ses propriétés intellectuels, les outils, les pièces et l’ensemble des design du bike builder américain.

Bear Bones et Kevin Alsop

Image: BigBearChoppers.com – Kevin Alsop sur le modèle entrée de gamme Bear Bones affiché à 28 500$

Pour l’occasion, une nouvelle usine, située à San Bernardino, soit à peine plus d’une soixantaine de kilomètres du Big Bear originel, en réduisant au passage sa capacité de production de 15 000 motos annuels à  6 000 unités tout de même. Dans le personnel, apparaissent toujours les personnes clés qui ont conduit à la réussite de l’emblématique enseigne, ainsi que Kévin Alsop, créateur de la marque, pour continuer à faire évoluer la gamme.

Le prix, et les modèles restent pour le moment inchangés, et le constructeur travaille à présent à se racheter une image de fiabilité commerciale vis à vis de ses clients et des revendeurs, en reprennant son carnet de commande la ou il s’était arrêté. En France, c’est chez Absolut Cycles que vous allez pouvoir retrouver un revendeur capable de vous obtenir un chopper de ce qui se fait de plus américain estampillé Big Bear Choppers.

Source

Fin alternative: La petite Harley-Davidson échouée a retrouvé un toit

Harley-Davidson Night Train FXSTB 2004 Tsunami Motorcycle

Crédit Photo: Adrian Lam, timescolonist.com – mai 2012

Il y a de ça quelques semaines, je vous relatais ici l’histoire de cette Harley-Davidson Night Train FXSTB 2004 qui en partance du Japon avait traversée l’océan Pacifique à bord d’un conteneur pris dans les flot du Tsunami, et qui fut retrouvée un an plus tard par un Canadien, Peter Mark, sur les plages de Graham Island au Canada.

Plus tard, sous forme de « Happy End », nous apprenions que le propriétaire, Ikuo Yokoyama, originaire d’une des régions les plus touchée par la catastrophe, était vivant et heureux d’avoir des nouvelles de sa bécane. Harley-Davidson, déjà à l’initiative de la recherche du propriétaire, lui avait alors proposé de prendre tous les frais en charges pour rapatrier la machine et la restaurer dans son état originel.

Harley-Davidson Night Train FXSTB 2004 Tsunami Motorcycle

Crédit Photo: Adrian Lam, timescolonist.com – mai 2012

En fin de semaine dernière, alors que nous pensions tous l’histoire terminé, nous avons appris que Ikuo, souhaitait après réflexion, rentrer cette « épave miraculeuse » au musée de la marque au « Bar and Shield », afin que cette dernière soit préservée dans son état actuel et  qu’elle demeure pour toujours en mémorial à la tragédie qui a pris, il faut le rappeler, la vie à plus de 15 000 personnes.

Pour resituer dans le contexte, il faut dire que le jeune homme âgé de 29 ans à perdu lors de la tragédie trois membres de sa famille, ainsi que sa maison dans les flots, et qu’actuellement il vie dans un logement préfabriqué, loin d’être en condition de recevoir sa moto et surtout soucieux de rendre hommage à tous ses disparus.

La MoCo, a ainsi répondu par la positive en ouvrant les portes à cette « Tsunami Motorcycles » entreposé actuellement à la concession de Vancouver, et très prochainement au musée de la Factory. Le nippon, à qui l’opportunité a été offerte de venir voir sa moto et les protagonistes de cette histoire quasi Hollywoodienne, devrait s’y rendre une fois que l’histoire se sera un peu tassé.

Source

Une journaliste se gamelle en direct

Aux Etats-Unis aussi, la sécurité routière est de mise et les médias se sentent forcément obligé d’en parler. Pour illustrer leurs propos, les journalistes ne manquent jamais d’imagination et ce qui pourrait paraitre pour une intervention d’une classe nationale, se transforme en gamelle internationale.

C’est le cas pour la journaliste, Stéphanie Berzinski qui pour venter les méritent d’un stage de prévention, décide d’arriver en Sporty, le tout en direct. Sauf que une fois la moto à l’arrêt oublie le principe vitesse/force d’inertie proche de zéro.

Bien rattrapé, la dame ne se démonte pas et continue son sujet un peu gênée, mais le texte y est, le sujet largement bien illustré.

Le direct et l’arrivée en moto: à proscrire donc :)

Bon appétit!

Source